C’est à plus rien n’y comprendre me diriez-vous… Et pourtant une nouvelle tendance toute droit venue des États-Unis devrait faire son apparition d’ici peu en France. Nous le savons tous, ce qui se passe sur les réseaux sociaux, ce qui est diffuser, ce qui est montré par nous tous ne sont en réalité pas vrai (ou du moins, c’est à 30% un échantillon de notre vraie vite).

Instagram : « finsta » ou comment paraître vrai sur un faux compte

Ces comptes ont pour but de montrer sa vraie vie, celle du quotidien. Sans paillettes et sans artifices. Les journées en pyjama, les pâtes bolognaises et les chaussons licornes ont leur place. C’est à croire que tout ce qui est moche est enfin autorisé ! 

Les « finsta », késako ? 

En réalité, il est question de faire place à des moments de vie, plus personnels, ceux que nous rencontrons tous dans notre quotidien, mais que nous n’osons pas forcément montrer. Un compte accessible à un cercle d’amis, des membres de la famille, mais certainement pas au grand public ! C’est pour cela que certains millenials choisissent de créer un nouveau compte dit « finsta », simple diminutif de « fake Instagram ».

Nous sommes, avec les années, devenus des produits, et notre seul objectif à présent est de travailler notre image de marque.

Sans paillettes et sans artifices

Fini les jolis minois, les belles tenus, les filtres soigneusement choisis et les retouches à l’extrême. Si vous êtes triste, prenez donc un selfie. Si vous avez raté un plat ou si vous êtes dans un » mood jogging », banko c’est votre journée, publiez un cliché ! En bref, c’est tout le contraire d’Instagram en général. Tout le contraire d’un compte « real Instagram » qui est soigneusement géré, avec de jolies photos, des mises en scène et des retouches. 

Mais quand on y pense, c’est quand même bizarre de vouloir publier notre vraie vie sur un faux compte Instagram Étrange non ? 

Le poids des clichés

Il est très facile de juger quelqu’un sur les réseaux aujourd’hui. Nous prenons beaucoup de temps à prendre une photo, à se prendre en selfies, à publier ce cliché, car au final nous avons peur de la validation de notre communauté. Est-ce qu’elle va plaire ? Vais-je avoir suffisamment de likes ? Quels vont être les commentaires ? On court souvent après l’approbation des personnes qui nous suivent. Pas facile de mener une vie sur ces différentes plateformes… Et cela peut vite nous monter à la tête. C’est un jeu sans fin et surtout malsain. Mais ça nous en parlerons dans un prochain article au sujet d’Instagram et de ses effets néfastes… Pas facile de mener une vie sur ces différentes plateformes…

Cette tendance cherche en quelque sorte à rejeter ce jugement, en se concentrant seulement sur un cercle de proche. Des personnes qui ne devraient pas juger.

Réseau social 100% visuel, c’est l’apparence qui prime sur le fond. Je suis persuadée que pour certaines publications ou compte, vous ne prenez même pas la peine de lire la description, pas vrai ? La photo vous suffit amplement. Et il est vrai qu’une blogueuse au look estival, cheveux détachés et grand sourire charmera plus facilement ses followers, qu’un selfie flou d’une nana aux cheveux gras et à la tenue décalée. 

Pourquoi créer un compte « finsta » ?

Peut-être tout simplement pour mieux s’accepter et pour montrer au grand jour sa vraie personnalité. Pour obtenir la validation de certains sur sa beauté naturelle et intérieure. Ce que nous ne montrons pas assez souvent. Tout le monde ne réagit pas de la même manière à l’évolution des réseaux sociaux. Et nous sommes tous différents face aux remarques et aux commentaires parfois difficiles de nos abonnés. 

Avoir un compte parallèle permet de s’exprimer d’une autre façon, d’une manière moins parfaite, mais plus authentique. D’être soi-même. On mise sur ce qui fait notre quotidien : les remises en question, les moments de doute voire de tristesse. 

Alors oui, quand on y pense, c’est assez triste d’en arriver là. De se rendre compte que nous sommes tous vulnérables. De se dire qu’il faut tout diviser et qu’il faut segmenter sa vie. Montrer une partie à un public et une autre à un autre. S’afficher vs se montrer secrètement. 

Et puis quand on y réfléchit un peu plus, peut-être que finalement il y a un point positif à tout ça… Cela montre qu’avec le temps, les utilisateurs comprennent peut-être mieux le fonctionnement du réseau social. C’est lui et lui seul le maître de son compte, le maître de ses actions et de son contenu. Ne pas vouloir montrer une photo de soirée à tout le monde, mais simplement à de bons amis est en soi une sage décision. C’est savoir se protéger.

On revient également, en quelque sorte à un usage « normal ». Publier une photo qui n’est pas « instagrammable » et où l’on ne s’apprécie pas forcément dessus… C’est prendre du recul sur soi ! C’est faire un pas vers l’acceptation de son image et de soi tout simplement.

Et vous, que montrez-vous sur les réseaux sociaux ? Pour ou contre cette tendance « finsta » ?

À LIRE ÉGALEMENT

Non, je n’ai pas d’excuse…

Après plusieurs mois d’absence sur mon blog, il est temps de revenir doucement par ici. Et tout est dit dans mon titre… Je n’ai pas d’excuse, enfin si : je n’ai pas eu l’envie, je n’ai pas eu l’inspiration, je n’ai pas eu… Il y a tant de raisons qui font que je n’ai...

lire plus